Cap Sim - le Land's End           d'Essaouira-Mogador

Une visite sur une autre planète

Cap Sim,  le "Land's End"  d'Essaouira.
Cap Sim, le "Land's End" d'Essaouira.

 

 

A quelques kilomètres au sud d'Essaouira, comme au bout d'un nez, nous nous trouvons à Cap Sim. Ce qu'on voit le premier, ce sont les ailes énormes d'une centrale éolienne qui se tournent au vent. Nous ne savons pas si c'est vrai mais, les gens du petit village voisin n'aiment pas du tout ces monstres qui bougent sans cesse. Ils disent que leur bétail, les vaches, seraient rendues folles par le mouvement des éloiennes.

On aurait cru qu'ici, pratiquement au bout du monde, on serait loin de tout problème écologique et économique mais, évidemment, on se trompe.

Cependant, en baladant le long de la côte, on oublie vite tout ce qui a à voir avec la vie moderne. On s'approche, pas à pas, à un monde où le temps semble être arrêté. Des rochers dont les surfaces bizarres et phantastiques témoignent de l'éternité d'une existence entre terre et mer. Des grottes qui donnent sur la mer et qui, pendant les marées-hautes, sont couvertes d'eau. Des dunes qui nous rapellent l'immense désert. Des rochers, couverts de mousse verte, entre lesquels des mouettes se reposent.

Et enfin, on grimpe la colline vers le phare qui surplombe le paysage. Là, le gardien nous a permi de visiter la tour du phare d'où on voit loin, jusqu'a Essaouira la blanche, à la droite.

Une excursion à Cap Sim vaut bien les efforts qu'il faut faire, il est vrai, pour vaincre les difficultés du chemin.

Quand la mer s'est retirée, un monde       phantastique se révèle

Le phare - silence éternel