Imzoughar:

Finie la piste boueuse

Brahim Fikri
Brahim Fikri

Brahim Fikri vit depuis longtemps à Essaouira. Mais, couturier de profession, gardien d'un riad et multi-talent, il est d'origine du petit village Imzoughar dans la province d'Essaouira. Ici vivent 474 âmes, comme Brahim dit, mais il ne ne s'âgit pas d'un village comme on les connait de l'Europe. Ce sont, dans leur majorité, des maisons et de petites fermes, parsemées dans un paysage d'une beauté singulière.  Bien que situé assez près de l'Atlantique,  au nord-est d'Essaouira, dans la région Bouzergtoune, on peut d'ici déjà distinguer les montagnes de l'Atlas. 

Ici, oliviers,  arganiers,  figuiers, palmiers et beaucoup d'autres espèces poussent en abondance.  Des figues de barbaries bordent les chemins. Et, dans la vallée, le long d'un ruisseau large,  s'étend une sorte d'oasis où on voit paître des vaches et des moutons.  

Paysage près d'Imzoughar
Paysage près d'Imzoughar

Mais, la beauté et le calme demandent bien leur prix: Le chemin, se serpentant par collines et vallées, était trop étroit, rempli de pierres et, aux temps pluvieux, un désert boueux, qui a rendu le passage pour voitures et d'autres véhicules, impossible.  C'était cette situation lamentable qui a donné à Brahim et d'autres gens  du village l'idée de fonder une association: l'association "Talla". Comme président de laquelle figure  Ahmad Daamouch,  Brahim s'est chargé par l'office du trésorier.

 En peu de temps, les membres de l'association ont réussi de procurer des moyens financiers pour transformer le chemin pierreux et poussiéreux dans une piste, large et passable. 

A l'aide d'excavateurs, des tonnes de terre et de pierres fûrent enlevées, la piste fût fixée au long de huit kilomètres, et, ainsi, une route solide existe  maintenant qui facilite énormement la vie des paysans vivant ici.

Stations d'un chemin

Comment manger des figues?

Imzoughar: Vues d'un paysage